Les malwares ciblent aussi les mobiles

Le crime n’est pas nouveau mais il est malheureux de constater qu’il prend de l’ampleur. Malgré les avancées technologiques, rien jusqu’ici n’arrive à endiguer complètement l’avalanche des malwares qui ciblent désormais les mobiles. Étant donné que les appareils mobiles sont de plus en plus utilisés par les entreprises et leurs salariés, ils sont devenus une proie de choix pour les cybercriminels. Et les conséquences peuvent être aussi désastreuses que sur des ordinateurs de bureaux et d’autres appareils standards. Puisque les malwares sur les mobiles ne sont plus seulement des menaces mais des dangers réels et quotidiens, la seule façon de parer à leurs attaques, c’est l’anticipation.

Malwares détectés sur les mobiles : le constat

Le nombre de malwares touchant les mobiles se multiplie de manière effarante. Le KasperkyLab par exemple, a publié des chiffres qui font peur l’année dernière sur cette triste situation. Ce nombre de malwares ayant touché les smartphones ont augmenté de 3 fois plus entre l’année 2015 et la suivante. GData Software avance le chiffre de 3,5 millions de malwares détectés sur mobiles l’an dernier. Tous ces chiffres nous font toucher du doigt une réalité bien trop évidente : les smartphones sont bel et bien les cibles bien-aimées des cybercriminels.

Comment agir face aux malwares attaquant les mobiles ?

La meilleure manière – si ce n’est la seule – de se protéger des malwares attaquant les mobiles, c’est d’identifier avec précision les vulnérabilités des terminaux mobiles. Il faut en chercher les failles, déterminer les données stockées et l’utilisation faite des mobiles concernés. Il est particulièrement utile de limiter les applis approuvées, sachant que les applis constituent souvent des portes ouvertes à l’entrée des malwares sur les mobiles. Il importe également que les utilisateurs soient suffisamment informés sur les risques auxquels ils s’exposent lorsqu’ils se connectent sur Internet.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *